Incidents lors du Clasico: le parquet veut un huis clos ferme pour le RSCA

Le parquet fédéral avait huit jours pour décider s’il ouvrait un dossier contre Anderlecht suite à l’arrêt définitif du Clasico au bout d’une demi-heure de jeu vendredi passé. Sans surprise, le RSCA sera bien poursuivi pour le comportement de ses supporters ce soir-là…

Mercredi, le parquet fédéral avait même déjà transmis la sanction au club bruxellois, selon l’article P1919 du règlement : un match ferme à huis clos. Une amende (de maximum 5 000€) et une sanction alternative (par exemple : une obligation de sensibilisation contre l’usage des engins pyrotechniques) pourraient aussi être ajoutées.

Le Sporting va maintenant être convoqué devant la Commission des litiges d’appel de l’Union belge. Probablement le jeudi 25 avril. Une commission qui n’est pas obligée de rendre son verdict directement. En moyenne, cela prend entre 1 et 3 semaine(s).

Si la décision se prend rapidement et que le juge confirme le match ferme à huis clos demandé par le parquet, cela aurait pu être pour la venue… du Standard le dimanche 5 mai. Sauf qu’Anderlecht ira à coup sûr en appel devant la CBAS si la Commission des litiges d’appel rend ce verdict. Au RSCA, on estime que le club mérite du sursis vu l’absence d’antécédents.

Comme il ne s’agit pas d’une procédure accélérée, il faudra un peu de temps avant que la CBAS se prononce. Le dernier Clasico de la saison ne se jouera donc pas sans supporter. Pour information, il avait fallu… deux mois et demi pour connaître le verdict définitif de la CBAS pour le Charleroi – Standard arrêté en décembre 2016.

Si la CBAS venait à confirmer la sanction d’un match ferme à huis clos, les chances seraient donc grandes que la peine ne soit purgée que la saison prochaine par le RSCA.

Durant la procédure, il sera aussi décidé du sort sportif du Clasico avorté. Un score de forfait en faveur du Standard devrait être prononcé.

DHNET

Author: Master