Footgate: Malines jouera l’Europa League… ou pas, la blague continue

Nouvel épisode dans la saga du Footgate. Ce mardi, le FC Malines, vainqueur de la Croky Cup la saison passée et impliqué dans le Footgate, a été autorisé par l’UEFA à disputer l’Europa League 2019-2020. Qualifiés pour la phase de groupe de la compétition, les Malinois devraient entrer dans la compétition en septembre.

Ce qui aura forcément un impact sur le Standard (qui devra jouer deux tours préliminaires d’Europa League au lieu de zéro), l’Antwerp (qui devra en jouer trois au lieu de deux) et surtout Gand, qui sera purement et simplement privé d’Europe. Mais cette décision n’est pas encore définitive. Car le verdict définitif de la CBAS n’est pas encore tombé. Si cette dernière a rendu une décision partielle la semaine dernière (autorisant Malines et Waasland-Beveren à prendre part au championnat de D1A 2019-2020), la décision complète est attendue et les clubs ne sont pas acquittés.

Et en cas de condamnation des Malinois, ces derniers pourraient finalement être exclus de l’Europa League par l’UEFA, qui ne souhaite pas voir une équipe qui a falsifié une compétition disputer la C3. Pour l’instant, le FC Malines bénéficie donc de la présomption d’innocence.

Le monde du football belge et européen attend la décision finale de la CBAS. Dont le timing sera crucial. Si la décision qui condamne Malines est rendue avant le début du 2e tour préliminaire d’Europa League, un jeu de chaises musicales est encore possible entre Gand (qui disputerait le 2e tour préliminaire), l’Antwerp (le 3e tour) et le Standard (qui serait qualifié pour la phase de groupe). Si au contraire, la décision qui condamne Malines tombe alors que les clubs belges sont déjà engagés en Europa League, ce jeu de chaises musicales ne sera plus envisageable. Les entrées en matière de l’Antwerp et du Standard seraient figées et Malines serait exclu et remplacé par une autre équipe européenne en phase de groupe. Tout cela, sans compter les éventuels appels des clubs en question devant les instances de l’UEFA.

Bref, la blague belge n’est pas encore terminée. Et seule la CBAS, en rendant une décision claire et rapide, a le pouvoir d’apporter un peu de clarté dans cet imbroglio qui a assez duré.

DHNET

Author: Master