Le Standard passera devant la CBAS le 5 mai pour l’obtention de sa licence

Si le Standard a déjà entamé la préparation de la saison prochaine au niveau des infrastructures comme de la composition de son noyau, il le fait dans le flou le plus complet. D’abord parce que la durée de la crise sanitaire n’est pas connue. Ensuite parce qu’il doit préparer sa défense dans le cadre de l’obtention de la licence devant la Cour Belge d’arbitrage pour le Sport (CBAS).

Dans un premier temps, il a choisi l’avocat chargé de plaider sa cause et a porté son choix sur Grégory Ernes. Ce dernier avait déjà défendu le club devant la CBAS en 2017 dans le dossier d’un Charleroi-Standard arrêté en raison du comportement des supporters. Ensuite, quatre jours avant la date butoir, le club a envoyé son recours le 10 avril dernier. Il ne restait plus qu’à attendre la date de l’audience qui se fera par vidéo conférence. Depuis ce mardi, on sait que ce sera le mardi 5 mai. Avec cette question : le délai est-il raisonnable pour que la CBAS rende son verdict avant le 10 mai comme cela est attendu ? Apparemment, ce sera bel et bien le cas.

Rappelons que pour obtenir le précieux sésame nécessaire pour évoluer au niveau professionnel et non pas en division 2 amateurs, la direction liégeoise va devoir fournir les preuves de paiement des primes de signature de février 2020 – qui ont bien été versées – mais surtout faire toute la lumière sur l’Immobilière Standard de Liège qui a signé le 31 mars un compromis de vente du stade avec le club principautaire.

LESOIR

Author: LESOIR