Éjecté du Standard de Liège, Fornieri n’exclut pas d’aller en justice contre Bruno Venanzi pour «défendre ses intérêts»

Le Standard de Liège l’a annoncé officiellement mardi dernier : François Fornieri ne deviendra pas le co-actionnaire du club avec l’actuel président Bruno Venanzi. Le businessman liégeois devait racheter initialement 50 % des parts du club, tout en injectant près de deux millions dans la société immobilière du stade. François Fornieri dénonce aujourd’hui une « rupture fautive de la convention » par Bruno Venanzi. Et se réserve le droit d’aller en justice si nécessaire.

Fornieri et le Standard, fin de l’idylle ? Le communiqué des Rouches mardi dernier le laisse à penser puisque le club évoque clairement le fait que François Fornieri ne deviendra pas le co-actionnaire des Rouge et Blanc. Il était en effet initialement prévu que le CEO de Mithra rachète 50 % des parts détenues par Bruno Venanzi, tout en laissant la présidence à ce dernier. Le deal précisait aussi que le businessman liégeois devait injecter un peu moins de deux millions d’euros dans la nouvelle société immobilière qui assurera la gestion du nouveau stade de Sclessin.

Du côté du Standard, personne ne s’exprime formellement. Mais de sources concordantes, on apprend que Bruno Venanzi reproche à François Fornieri de ne pas respecter les accords signés, à savoir le payement pour le 30 octobre dernier. Et d’évoquer aussi le fait que le patron de la société de santé féminine ne se soit pas présenté à l’assemblée générale du club. Toujours selon nos informations, François Fornieri aurait demandé un peu plus de temps pour réunir le cash nécessaire à la transaction, ce qui n’était pas du goût du président Venanzi.

Le jour même de l’annonce du Standard enterrant la venue de Fornieri au sein du club, l’intéressé avait réagi, mettant en avant de multiples avertissements de la part de ses banquiers quant au futur du club.

Mais aujourd’hui, le CEO de Mithra passe à l’offensive. Ainsi, il souligne « la rupture fautive de la convention de cession des actions du Standard de Liège par M. Bruno Venanzi. » Et d’ajouter qu’il a « été informé par M. Bruno Yenanzi le 2 novembre 2020 que ce dernier avait rompu la convention conclue le 31 juillet 2020 en vue de la cession des actions de la société anonyme Standard de Liège. »

François Fornieri et ses conseils vont plus loin : « Ce faisant, M. Venanzi a violé ses engagements contractuels et a rompu fautivement les termes de I’accord conclu avec M. Fornieri qui déplore cette décision. » L’homme d’affaires ne dévoile rien de ses intentions précises, mais il lance un sérieux avertissement aux dirigeants actuels du Standard, puisqu’il « se réserve le droit d’entreprendre toutes actions nécessaires à la protection de ses intérêts. » Lisez par là que des actions en justice sont loin d’être exclues. «Mais jamais je n’irai en justice contre le club, contre le Standard, jamais. J’évoque ici la possibilité de le faire à l’égard de M.Venanzi», ajoute-t-il.

Visiblement, les choses ne vont pas s’arrêter là suite au mariage avorté entre Venanzi et Fornieri…

LESOIRLESOIR

Author: LESOIR

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *