Europa League: le Standard éliminé après sa défaite face aux Rangers

Pas de second tour d’Europe League pour les Rouches dont l’équipe remaniée a pourtant fait mieux que tenir le choc sur la pelouse des Glasgow Rangers, qualifiés au même titre que Benfica. Le Standard a mené à deux reprises avant de se faire à chaque fois rejoindre puis dépasser. Fin de parcours avec les honneurs pour Montanier et ses hommes.Pendant, une heure, Dussenne et le Standard ont fait beaucoup mieux que résister aux Rangers.Pendant, une heure, Dussenne et le Standard ont fait beaucoup mieux que résister aux Rangers. – Vincent Kalut/Photo news.

La distribution des feuilles de match reprenant la composition des équipes a confirmé ce que beaucoup pressentaient au soir même du clasico : sans considérer les chances de qualification de son équipe comme nulles et non avenues, Philippe Montanier n’en est pas moins resté clairement focalisé sur les objectifs de top 4 en championnat. Témoin, le maintien de Gavory et de Raskin sur le banc au coup d’envoi, eux qui ont été fortement sollicités ces derniers temps. Le fonds de roulement du noyau liégeois a pourtant servi les desseins de son entraîneur dont le mot d’ordre dans le vestiaire avait sans aucun doute été de jouer de manière la plus libérée possible.

Des doublures libérées

Message reçu 5 sur 5 pour une première différence opérée par Lestienne après 7 minutes à peine sur un centre de Cop. Même pas le temps pour le Standard de gamberger, avec une immersion pour le moins inattendue dans le maintien d’un processus qualificatif. Ce qui a eu le don de libérer certains joueurs, habituellement cantonnés dans un rôle de doublure. Avec à l’arrivée, quelques incursions permettant de maintenir la pression sur la défense des Rangers, peu habituée à payer au prix fort l’audace de ses adversaires puisque l’ouverture du score liégeoise était synonyme de… 10e but à peine, encaissé en 25 matchs toutes compétitions confondues depuis le début de la saison.

Obligatoire pour espérer rester vaille que vaille dans les clous d’une accession en 16es de finale, la victoire est allée et venue avant de s’envoler une nouvelle fois en l’espace de quatre petites minutes : avec une égalisation de Goldson et l’enchaînement d’une seconde prise de commandes belge via Cop (auteur d’un assist puis d’un but jeudi soir avant de se blesser au bas-ventre contre le poteau) puis un nouveau retour des Rangers sur un penalty sifflé pour main de Lestienne jugée trop décollée du corps au moment où celui-ci était en train de se retourner. Difficile pour l’arbitre de ne pas constater le contact illicite entre le ballon et la main du Mouscronnois d’origine mais cette application à la lettre des lois du jeu alimentera sans aucun doute très longtemps les débats comme bien d’autres sanctions de cet acabit ancrées en pleine zone grise. Tavernier, le back buteur des Rangers (15 goals sur tous les fronts cette saison avec un titre encore temporaire de meilleur réalisateur de Scottish Premiership), ne s’est, quant à lui, pas embarrassé de ce genre de considérations pour égaliser depuis les 11m.

Soirée de gala contre Benfica

Entre-temps, cela n’a pas fait les affaires du Standard, contraint de courir derrière une troisième prise de contrôle des opérations… qui ne surviendra jamais. Du moins du côté liégeois du marquoir. Ce qui, sur ce 3-2 signé Harfield, est synonyme d’élimination mathématique pour les Rouches qui ont logiquement piqué du nez dans le dernier tiers du match. Une sortie par la grande porte, à une semaine de la venue de Benfica à Sclessin (sans Dussenne suspendu pour abus de cartes) pour une formation principautaire qui aura affiché cran et efficacité avec une équipe remaniée à la fois avant et pendant la partie, avec des permutations de joueurs et de position qui ont forcément pesé sur la qualité de jeu en seconde période, une fois les Rangers passés devant.

Avec toujours 3   points au compteur et une 4e place du groupe, le Standard n’a plus désormais pour objectif que de s’offrir une victoire de prestige face à Benfica. Au vu de sa générosité affichée tant devant Poznan qu’à Glasgow, il en est parfaitement capable. Même si la motivation du vice-champion du Portugal par rapport à l’obtention de la première place, conditionnera fortement l’orientation que prendra une soirée de gala… sans autres convives que 22 invités obligés et un quatuor arbitral.

LESOIR

Author: LESOIR

Laisser un commentaire