JUPILER PRO LEAGUE – CLARIFICATIONS SUR LA 5ÈME JOURNÉE

Notre Professional Refereeing Department clarifie un nombre de phases de la journée écoulée. Découvrez les explications.

R. STANDARD DE LIÈGE – KV OOSTENDE (57’): SITUATION DE HORS-JEU

A la 78ème minute, un coup franc du Standard est botté dans la surface de réparation. La balle arrive à un joueur du Standard qui la passe à Amallah (n°19) et qui marque.

Le VAR analyse les images et confirme la décision de l’arbitre assistant. Pas de hors-jeu et but.

La Professional Refereeing Department s’attend à ce que, dans chaque situation où le résultat du match est engagé, la ligne de hors-jeu officielle du VAR soit utilisée pour prendre la décision finale.

Dans la situation du match Standard-Ostende, la ligne de hors-jeu doit être utilisée car il s’agit d’une situation de hors-jeu rapproché.

En Jupiler Pro League, le VAR utilise un système en 2D.

Cela signifie que la ligne de hors-jeu est tracée sur le pied et sur le sol afin de prendre une décision correcte.

La difficulté de cette situation lors de la recontre Standard – Ostende est que le ballon, le pied de l’attaquant ainsi que celui du défenseur, sont en l’air.

Pour pouvoir tracer la bonne ligne dans cette situation de hors-jeu, il faudrait en fait, disposer d’un système en 3D.

Certaines ligues (par exemple l’UEFA/FIFA) utilisent un système 3D dans lequel d’autres parties du corps peuvent être utilisées pour déterminer la position de chaque joueur, mais ce système est plus coûteux, compliqué à utiliser et allonge inévitablement le temps de « jugement ».

Le VAR a tracé une ligne de hors-jeu en technologie 2D pour cette situation, mais ne l’a pas transmise à la télévision parce que la ligne de hors-jeu en technologie 2D (moins précise) ne montrait aucune preuve évidente que l’arbitre assistant avait commis une « erreur manifeste ». La décision initiale d’accorder le but a donc été maintenue.

Le Professional Refereeing Department soutient la décision originale et finale, mais s’attend à ce que le VAR filme la ligne de hors-jeu effectuée, même si une telle image 2D n’aurait pas fourni une représentation précise.

CLUB BRUGGE K.V – BEERSCHOT V.A (28’) : FAUTE DE RICCA (CLUB BRUGGE)

A la 28ème minute, un joueur du Club Brugge (Ricca – n°18) joue le ballon loin devant lui, dans le but de le récupérer.

Sur cette action, il frappe un joueur du Beerschot (n°11) avec un contact haut et les crampons en avant.

L’arbitre donne un carton jaune pour cette faute.

Le Professional Refereeing Department s’attend à ce que le joueur du Club Brugge Ricca (n°18) reçoive un carton rouge immédiat pour faute grave et serait favorable à une intervention du VAR dans cette situation afin de protéger le joueur.

KV MECHELEN – R. UNION ST-GILLOISE (43’): INTERVENTION DU VAR

A la 43ème minute, un joueur de l’Union (Van Der Heyden – n°44) tombe sur la ligne médiane après un duel avec un joueur du KV Mechelen.

Alors qu’il est allongé sur le sol, le joueur de l’Union réagit par un coup de pied, frappant la jambe du joueur du KV Mechelen. L’arbitre laisse le jeu se poursuivre et le ballon est ensuite remis en jeu.

À ce moment-là, le VAR demande une « on field review » pour un incident manqué.

L’arbitre examine les images et décide de ne pas accorder de faute et laisse le jeu reprendre avec la remise en jeu.

La Professional Refereeing Department convient que l’action du joueur de l’Union (Van Der Heyden – n°44) n’était pas un comportement violent (ce qui aurait valu un carton rouge) mais comme le permet le protocole VAR, il aurait dû recevoir un carton jaune pour comportement antisportif et le match aurait dû reprendre par un coup franc direct pour le KV Mechelen à l’endroit où le joueur de l’Union a réagi.

Author: RBFA