Le Club de Bruges veut identifier et interdire de stade les auteurs d’insultes racistes contre Anderlecht

Vincent Kompany a révélé à l’issue du Topper avoir été victime de racisme durant la rencontre, tout comme son staff et ses joueurs.

Photonews
Photonews

Le Club de Bruges a fait savoir ce lundi qu’il fera tout pour identifier les auteurs des propos racistes à l’égard de Vincent Kompany, de son staff et des joueurs d’Anderlecht lors du Topper de ce dimanche (2-2).

Dans un communiqué condamnant « toute forme de racisme », le club brugeois a annoncé qu’il « fera le nécessaire pour identifier les auteurs et leur imposer une interdiction de stade ». « Ces individus ne sont pas représentatifs des valeurs et normes de notre Club et n’ont pas leur place chez Jan Breydel », peut-on encore lire sur le site brugeois.

La police brugeoise va de son côté dresser un procès-verbal. L’information rapportée lundi par la chaîne locale Focus WTV a été confirmée par la police de Bruges. Dans un premier temps, la police brugeoise n’avait pas l’intention de dresser un procès-verbal mais ce sera désormais le cas « afin de faciliter l’enquête », explique la porte-parole de la police brugeoise Lien Depoorter.

Après le partage entre le Club de Bruges et Anderlecht dimanche, Vincent Kompany a confirmé au micro d’Eleven Sports qu’il avait été victime d’insultes racistes de la part des supporters brugeois tout comme son staff et ses joueurs.

« Je rentre à la maison dégoûté et déçu. Mes joueurs, mon staff et moi-même avons été victimes d’insultes racistes. Ils ont notamment crié ’singe noir’. Je n’ai pas envie de faire de commentaire sur le match. J’ai juste envie de me mettre ensemble avec mon staff, de rester avec les gens qui comptent pour moi. On ne devrait plus vivre ça aujourd’hui », a ajouté l’entraîneur anderlechtois avant de quitter l’interview.

Author: BELGA

Réagissez