Peter Croonen démissionne de son poste de président de la Pro League

Le président de Genk a annoncé sa démission ce lundi.

Photonews
Photonews

Le président du RC Genk Peter Croonen a démissionné de son poste de président de la Pro League. L’instance qui représente l’ensemble des clubs professionnels de football en Belgique, et le club limbourgeois, l’ont annoncé lundi matin, à quelques heures d’une assemblée générale extraordinaire convoquée par la Pro League.

Cette AG extraordinaire a été programmée à la suite d’une décision de la Cour belge d’arbitrage pour le sport ayant donné raison vendredi soir à Genk. Le club limbourgeois avait saisi la CBAS après que la Pro League avait refusé de modifier le calendrier des matches de janvier 2022.

Peter Croonen était devenu président de la Pro League en 2019, prenant la succession de Marc Coucke. Il était membre du CA depuis 2018.

Genk sera privé d’une dizaine d’internationaux en début d’année 2002, en raison de la Coupe d’Afrique des Nations et des matches de qualifications pour la Coupe du monde 2022 dans les zones Comnebol (Amérique du Sud), Concacaf (Amérique du Nord et Centrale) et Asie.

Le club limbourgeois avait soulevé le problème une première fois dès septembre, avant d’essuyer un refus lors du conseil d’administration de la Pro League le 10 novembre dernier, suite auquel le club s’était tourné vers la CBAS, qui estime qu’il y a « atteinte à la concurrence ».

Pour rappel, les fenêtres internationales hors-Europe avaient été ouvertes en août 2020 par la FIFA à la suite des nombreuses remises causées par la crise sanitaire. Le CA de la Pro League avait acté le schéma de compétition en février 2021 et aucune objection n’avait été soulevée lors de la publication du calendrier en juin dernier. Ce n’est qu’en septembre que Genk avait émis une objection.

Dans une lettre ouverte, Peter Croonen estime que la Pro League a besoin d’« un président indépendant et des administrateurs indépendants ». Mais, « le besoin de changement ne s’arrête pas là », poursuit-il. « Ces années ont été turbulentes : l’affaire du footbelgate, le covid, les droits TV, la réforme fiscale du football professionnel… S’ajoutent le coefficient européen qui a dégringolé et les comptes annuels qui sont dans le rouge. Oui, des changements concrets et importants ont été apportés durant cette période : création d’une réglementation sur les agents de joueurs, mise en place d’une ’clearing house’, inscription à la législation anti-blanchiment, création de la Chambre générale de contrôle des licences et réforme de l’attribution des licences, réforme de l’arbitrage, introduction du VAR. […] La tempête n’est pas terminée, comme l’a douloureusement été illustré hier avec les incidents racistes. »

Author: BELGA

Réagissez