JUPILER PRO LEAGUE – CLARIFICATIONS SUR LA 27E JOURNÉE

Notre Professional Refereeing Department clarifie différentes phases de la journée écoulée.

RFC SERAING – R ANTWERP FC (62’): CARTON ROUGE ALLY SAMATTA

Après avoir perdu le ballon, le joueur de l’Antwerp Ally Samatta (n° 70) veut le récupérer et il s’engage à haute intensité et vitesse dans le dos du joueur de Seraing Antoine Bernier (n° 12).

Il se lance avec ses deux jambes vers l’adversaire et joue le ballon, mais il touche aussi le joueur de Seraing dans son action.

L’arbitre adresse un carton rouge au joueur de l’Antwerp.

Le VAR demande un on field review et après avoir visionné les images, l’arbitre décide de ne pas revenir sur sa décision antérieure.

Le Professional Refereeing Department appuie la décision de l’arbitre, à savoir un carton rouge pour faute grossière, mais ne s’attend pas à une intervention du VAR vu que l’arbitre n’a pas commis d’érreur ‘claire et évidente’.

RFC SERAING – R ANTWERP FC (82’): INTERVENTION DU VAR

Lors d’un centre adressé dans la surface de réparation de l’Antwerp à la 82e minute, le ballon est joué vers l’attaquant de Seraing Marius Mouandilmadji (n° 10). Le défenseur de l’Antwerp Dorian Dessoleil (n° 24) s’engage dans le duel avec le joueur de Seraing, lequel s’écroule ensuite dans la surface de réparation.

L’arbitre n’interrompt pas le jeu.

Le VAR demande un on field review et après avoir visionné les images, l’arbitre confirme sa décision antérieure.

Le Professional Refereeing Department est d’accord avec l’intervention du VAR et s’attend aussi à ce qu’un penalty soit accordé à Seraing en raison de la faute de Dorian Dessoleil, parce qu’il retient clairement Marius Mouandilmadji des deux bras sans avoir l’intention de jouer le ballon.

SV ZULTE-WAREGEM – RSC ANDERLECHT (18’): BUT VAR ANDERLECHT – SITUATION DE HORS-JEU

Anderlecht marque un but à la 18e minute. Le gardien est sorti de son but et le Professional Refereeing Department considère l’attaquant d’Anderlecht Verschaeren, qui se situe devant le dernier défenseur, en position de hors-jeu parce qu’il influence l’intervention de son adversaire. Après quatre minutes, le but n’a pas été annulé par le VAR et celui-ci n’était pas en mesure de tracer la ligne 3D.

Une ligne 3D est tracée en utilisant deux positions caméra différentes. Sur chacune de ces images caméra, deux points doivent être identifiés : le point sur la partie du corps du défenseur la plus proche de la ligne de but, et le point de la partie du corps de l’attaquant la plus proche de la ligne de but. Sur la base de ces quatre points au total, l’algorithme de la ligne de hors-jeu calcule automatiquement la projection de ces parties du corps sur le terrain, de sorte que les deux lignes puissent être tracées et leurs positions comparées. En Jupiler Pro League, les deux angles de caméra sélectionnés sont toujours la caméra principale et l’une des caméras de 16 mètres.

Dans ce cas, il a été impossible de sélectionner ces quatre points, car le pied de Verschaeren (partie du corps de l’attaquant la plus proche de la ligne de but) n’était visible que sous un seul angle de caméra. Dans les autres angles de caméra possibles, la vue de ce point était obstruée par d’autres joueurs.

Dans ce cas de figure, l’arbitre doit suivre la décision de l’assistant-arbitre, étant donné qu’il n’est pas prouvé que cette décision n’était pas la bonne.

Author: RBFA

Réagissez