Arsène Wenger veut révolutionner la règle du hors-jeu et mettre fin aux décisions qui se jouent sur des millimètres

Désormais directeur du développement du football mondial à la Fifa, l’ancien entraîneur d’Arsenal entend simplifier la règle et redonner l’avantage à l’attaque.

On ne compte plus les matches où le VAR fait des siennes pour annuler un but pour une position de hors-jeu d’un demi-orteil. Le débat sur cette règle est sans cesse remis sur la table, ce qui a poussé Arsène Wenger à imaginer une solution à ce problème. Le directeur du développement du football mondial auprès de la Fifa compte en effet soumettre une proposition de modification de la règle du hors-jeu.

La règle actuellement en vigueur stipule qu’un joueur est hors-jeu si « n’importe quelle partie de la tête, du corps ou des pieds se trouve plus près de la ligne de but adverse que le ballon et l’avant-dernier adversaire », sachant que ni les bras ni les mains ne sont pris en compte.

L’ancien entraîneur d’Arsenal souhaite une loi moins restrictive et qui va en faveur de l’attaque. Son idée : un joueur sera en jeu (en position licite) dès lors qu’une partie de son corps pouvant marquer, sauf les bras, est sur la même ligne ou derrière le dernier défenseur.

« Cela permettra de régler le problème et de ne plus avoir des décisions qui se jouent sur des millimètres, ou sur un nez qui est hors-jeu, car un joueur peut marquer avec », a déclaré Wenger lors des Laureus Sports Awards à Berlin, selon des propos rapportés par The Guardian.

Cette proposition devrait être étudiée par l’IFAB, l’International Football Association Board, le garant des lois du jeu, le 29 février prochain. Pour qu’elle soit adoptée, trois quarts des membres doivent voter en faveur. Et si c’est le cas, cette nouvelle règle du hors-jeu pourrait entrer en vigueur en juin prochain, juste à temps pour l’Euro 2020.

Author: Master