D1A: vers des Playoffs 1 en cinq journées ?

Ce n’est pas la question la plus importante de cette crise mais elle est quand même dans toutes les têtes : quand rejouera-t-on au foot ? Personne ne le sait mais il faut bien tout envisager. C’est ce qu’a fait ce mercredi le CA de la Pro League, qui se réunira à nouveau (par visioconférence) mercredi prochain.

1. Entraînements collectifs supprimés jusqu’au 5 avril au moins. Cette décision, en phase avec le confinement du pays, rend impossible une reprise éventuelle des championnats avant le 15 avril environ. Car quand la Pro League parle de « tenir compte d’un délai raisonnable pour permettre aux joueurs d’être en condition avant de rejouer », selon les spécialistes, ce délai devrait être d’environ deux semaines. Au minimum…

2. Pour tout jouer, il faudra reprendre au plus tard le 15 mai. L’espoir de tous les clubs (et des fans, et des sponsors, et des journalistes, et des TV…) est évidemment de pouvoir tout jouer normalement : la 30e journée de la phase classique, la finale de la Coupe, la finale retour de D1B et les Playoffs dans leur entièreté. Pour y arriver, la Pro League n’a pas arrêté de date limite mais, si on calcule, il est clair que la date extrême est le week-end du 15 mai. Une date très limite même, mais tout juste jouable… L’Euro étant reporté d’un an et l’UEFA autorisant les matches en milieu de semaine, même en concurrence avec les Coupes d’Europe, il y a juste assez de dates entre le 15 mai et le 30 juin pour tout boucler, au niveau belge.

3. Des Playoffs 1 en 5 journées ? Si on reprenait fin mai ou début juin, Pierre François, le CEO de la Pro League, nous confirme que l’option envisagée serait d’organiser, après la 30e journée de phase classique, des Playoffs 1 en 5 journées, plutôt que des mini-poules (une avec les trois premiers pour le titre, une avec les trois autres, pour les derniers tickets européens). Dans ces Playoffs 1 réduits, où l’on n’affronterait donc qu’une fois chaque adversaire, les trois premiers de la phase classique joueraient chacun trois fois (sur cinq) à domicile, et les trois autres deux fois seulement. Compte tenu de la situation, ce serait assez logique. Quant aux Playoffs 2, ils se joueraient sans doute par élimination directe.

4. Et si on ne rejoue pas ? La crise du Coronavirus pourrait durer plusieurs mois, et empêcher tout nouveau match cette saison. Dans ce cas, l’info a circulé hier que les positions actuelles seraient figées, pour désigner le champion et attribuer les places européennes, alors que personne ne descendrait, et qu’on jouerait à 18 équipes en D1A la saison la saison prochaine (sans playoffs), avec le Beerschot et l’OHL. Et que deux clubs de D1 amateurs monteraient en D1B. « Nous n’avons pas du tout parlé de ça », affirme Pierre François, qui veut croire à une reprise, même partielle. Mais c’est le scénario qui avait été retenu par l’UEFA en 1999, lorsque le championnat de Yougoslavie avait été stoppé après 24 journées suite à l’intervention des soldats de l’OTAN dans le conflit des Balkans. Le Partizan, leader, avait été sacré champion, ses poursuivants s’étaient répartis les tickets européens dans l’ordre du classement de l’époque, et la saison suivante s’était jouée à… 22 équipes au lieu de 18, quatre clubs étant promus !

5. Des pertes énormes, une aide à la D1 amateurs. Si on ne rejoue pas cette saison, nos clubs pros perdront, selon leur importance, entre 1 et 3 millions chacun (recettes spectateurs, catering, marketing, etc). La bonne nouvelle, c’est que la dernière tranche des droits TV (20,5 millions) sera payée quoi qu’il arrive, une assurance ayant été contractée à ce sujet. Concernant les clubs amateurs, qui souffrent énormément, la Pro League a décidé de verser immédiatement, plutôt qu’en fin de saison, la seconde tranche de la contribution de solidarité de 800. 000 € à la D1 amateurs.

6. L’Antwerp signe le contrat TV, avec un bonus en vue. Le 12 février, la Pro League avait attribué les droits TV pour les cinq prochaines saisons à Eleven Sports, pour un total de 515 millions d’euros (cinq fois 130 millions). D’abord réfractaire, La Gantoise avait signé le 17 février et l’Antwerp l’a enfin imitée ce mardi. Le consensus trouvé avec la Pro League (« au terme de négociations intenses », dixit Pierre François, qui remercie Peter Croonen et Mehdi Bayat pour le rôle joué lors des négociations) fait état d’une prime (tournant autour du million) pour chaque club du K11 se qualifiant pour les Playoffs 1. ce qui pourrait également faire le bonheur de Charleroi ou d’autres clubs s’invitant à la table des grands. Une issue saluée par Guillaume Collard, le managing director d’Eleven : « Avec notre projet, nous avons l’ambition de créer un lien fort avec la Pro League, les clubs et les supporters. Au cours des cinq prochaines années, nous voulons soutenir la Pro League dans la création d’une marque forte, aider les clubs à accroître leur portée et offrir aux fans – sur toutes les plateformes – une nouvelle expérience à 100 % dédiée au football belge, 24/24, 7/7. Enfin, je remercie la Pro League pour les efforts déployés ces dernières semaines afin de rassembler tout le monde autour de notre projet et ce, également pour le monde du football, en ces temps difficiles. » En espérant que l’horizon s’éclaircira rapidement…

Author: LESOIR