Des décisions rapides sur le statut social peuvent avoir des conséquences catastrophique

Les propositions de loi, actuellement en discussion, visant à supprimer le régime social applicable aux sportifs professionnels ouvrent à nouveau le débat sur les mesures de soutien du sport de haut niveau, dans ce cas-ci le football. La Pro League souhaite donc apporter, à son tour, quelques nuances dans ce débat. Le football professionnel n’est pas sourd aux demandes justifiées de la société, mais les réformes qui feraient de la compétition belge la plus chère d’Europe, avec des charges salariales supérieures de 35 % par rapport à celles du deuxième pays le plus cher, porteraient un coup fatal au football professionnel belge.La Pro League a déjà déclaré à plusieurs reprises qu’elle était disposée à revoir le régime social actuel et qu’elle était bien consciente que le maintien du statu quo serait difficilement envisageable d’un point de vue social.
Bien qu’il semble de bon ton d’affirmer qu’à ce jour, aucune mesure n’a été prise par le monde du football après l’opération « Mains Propres », la Pro League tient à souligner qu’elle a bien suivi ces dossiers, qu’elle a entrepris des actions et qu’elle a prise des initiatives en la matière, toujours en concertation avec les partenaires sociaux et le monde politique.
L’année dernière, des représentants de la Pro League ont démontré, lors de plusieurs auditions au Parlement fédéral et au Parlement flamand, les investissements importants réalisés par les clubs de football professionnels dans la formation de leurs jeunes joueurs. Cette condition reprise dans la législation relative au régime fiscal est clairement remplie par les clubs professionnels.
Sans attendre les mesures de la FIFA ou les initiatives d’autres ligues européennes, le Conseil d’Administration de la Pro League a approuvé un règlement sur les agents de joueurs (validé par l’Autorité Belge de la Concurrence). Ce règlement, qui se base sur les recommandations de l’Expert Panel, présidé par le Ministre d’État Melchior Wathelet, garantira que les abus du passé ne seront plus possibles. La transparence des transactions sera ainsi assurée par la Clearing House qui sera mise en place encore cette saison.
L’année passée, le dossier du régime social a fait l’objet de contacts permanents avec les cabinets ministériels et les organes de concertation compétents, dans le cadre desquels la Pro League a toujours adopté une approche constructive afin d’envisager une réforme des règles actuelles.
Lors des derniers mois, le management de la Pro League s’est entretenu avec les organisations syndicales afin d’élaborer une solution équilibrée qui, dans la mesure du possible, répondrait aux demandes de toutes les parties concernées.
Compte tenu de la situation politique actuelle, la Pro League attend la formation d’un nouveau gouvernement fédéral afin de prendre des mesures concrètes dans ce dossier.
Le sport de haut niveau est, par excellence, un secteur économique compétitif au niveau international. Du point de vue de la concurrence internationale, le sport de haut niveau, comme d’autres secteurs et professions, est donc soutenu à juste titre par le système fiscal belge. Une étude comparative montre que des mesures de soutien au sport de haut niveau existent dans chaque État membre européen. Les coûts salariaux dans le football belge, avec les mesures de soutien actuelles, se situent dans la moyenne européenne. Toutefois, sans ces mesures de soutien, la Belgique deviendrait de loin la compétition la plus chère pour les salaires des sportifs de haut niveau, avec des coûts salariaux 35 % plus élevés par rapport au 2e pays le plus cher d’Europe. Cela porterait un coup fatal au football professionnel belge.
En exposant ces chiffres clairs, la Pro League invite donc à la prudence. Des décisions rapides pourraient en effet sonner le glas du football professionnel et de la passion de millions de supporters belges.

SPORT.BE – BELGA

Author: Master

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.