Mécontents de la décision de la CBAS, Lokeren et le Beerschot réagissent: “Il faut reporter le début de la compétition”

Le Beerschot a rapidement organisé une conférence de presse mercredi pour exprimer son souhait de reporter le début du championnat 2019-2020 de D1A. Le club anversois se sent lésé suite à la décision de la Cour belge d’arbitrage pour le sport (CBAS) qui a décidé de garder le KV Malines en D1A la saison prochaine, au détriment donc du Beerschot. Le club a invité la Pro League et l’Union Belge de football à “prendre leurs responsabilités.”

“Nous avons pris connaissance de cette décision décevante de la part de la CBAS”, a déclaré l’avocat du Beerschot Walter Damen en conférence de presse. “La CBAS s’est uniquement basée sur le terme ‘saison concernée’ du règlement pour formuler sa décision. Selon nous, cela ne respecte pas l’esprit du règlement. De cette manière, toutes les équipes peuvent tenter d’arranger des rencontres en fin de saison. C’est indigne d’un pays de football comme la Belgique surtout au niveau de l’image internationale que nous voulons dégager.”

Via son avocat, le club anversois demande à la Pro League et à l’Union Belge d’intervenir. “Nous leur demandons de prendre leurs responsabilités à court terme. Toutes les instances officielles belges ont estimé que la tentative de trucage de match était prouvée. Nous voulons que le début de la compétition soit reporté et que le Beerschot joue en D1A. C’est à la Pro League et à l’Union Belge de faire en sorte que les équipes honnêtes comme la notre ne soient pas lésées dans cette affaire.”

Le Beerschot envisage de nouvelles actions en justice. “C’est évident que nous allons envoyer une mise en demeure”, a fait savoir l’avocat Damen qui estime que l’Union Belge et la Pro League devraient envoyer un signal clair aux supporters de football belges et aux supporters du Beerschot. “Ce signal, c’est que le sport et plus particulièrement le football doit avoir une image d’honnêteté et de justice. C’est très important pour les jeunes.”

Au Beerschot, on espère que l’Union Belge et la Pro League vont saisir le Tribunal arbitral du sport (TAS) à Lausanne. D’où la demande de report de la compétition. “Dans l’attente d’une décision, on pourrait inscrire 18 équipes en D1A, avec Malines et Waasland-Beveren, mais aussi le Beerschot et Lokeren”, dit un dirigeant anversois, qui convient que cela modifierait aussi la D1B, qui compte 8 équipes.

Pour finir, un message a été adressé aux supporters anversois. “Nous voulons leur faire savoir que notre projet se poursuit et que, même si nous sommes à nouveau traités injustement, cela ne nous empêchera pas de continuer à faire progresser ce club.”

Lokeren veut mettre l’Union belge en demeure et porter plainte auprès de l’UEFA

La décision de la CBAS a pour conséquence la position en D1B de Lokeren. Le club waeslandien n’en démord pas, veut mettre l’Union belge de football en demeure et envisage de porter plainte auprès de l’UEFA, l’Union européenne de football.

Le Sporting Lokeren a donné à son avocat, Walter Van Steenbrugge, le mandat de mettre l’Union belge en demeure, a expliqué ce dernier à l’Agence BELGA mercredi. La CBAS, chargée de vérifier l’application des règlements, a considéré que l’action de l’Union belge sur base de l’article B.1711 de son règlement était intervenue beaucoup trop tard après les faits (le 11 mars 2018 et rencontre supposée truquée entre Malines et Waasland-Beveren en playdonws).

“C’est extrêmement embarrassant, car les pièces du parquet fédéral ont clairement prouvé que le match avait bien été truqué”, a commenté Maître Van Steenbrugge. “L’article B.1711 n’est pas interprété à dessein. J’admets que la disposition n’est pas claire, mais si vous la lisez en même temps que les règles sur la prescription et les principes juridiques généraux, vous ne pouvez que logiquement considérer qu’une sanction doit pouvoir être prise jusqu’à cinq ans après le trucage d’un match. Mais cette interprétation a été supprimée car elle ne correspond pas à l’idée du législateur. L’Union belge aurait dû être plus claire. La crédibilité de notre sport est anéantie et pour Lokeren, le club ne pourra pas en contrôler les conséquences économiques. Il demande donc une mise en demeure auprès de l’Union belge pour réclamer des dommages et intérêts”. Ce que le Beerschot envisage aussi de faire.

“Nous allons également déposer une plainte auprès de l’UEFA. J’ai traduit toutes les conversations téléphoniques enregistrées en anglais et je vais les envoyer”, a ajouté encore Walter Van Steenbrugge.

“Nous nous étions déjà préparé à cela”, a déclaré à l’Agence BELGA Guy Van den Broeck, le porte-parole du Sporting waeslandien. Mais Lokeren n’exclut pas en outre de demander des dommages et intérêts.

“D’un point de vue sportif, nous devons accepter que nous ne faisons plus partie de l’élite. Une procédure au tribunal civil est une option, mais cela prendrait du temps et ne nous aidera pas en 1A. Une réclamation pour dommages et intérêts est une possibilité. Notre président est très fâché et il a déjà fait allusion à cette option. Le premier argument de la CBAS serait que la plainte a été déposée trop tard. Si c’est le cas, le règlement fédéral est obsolète. IL devient alors facile de tricher et de s’en tirer. Nous allons nous pencher dans les jours qui viennent sur la possibilité de demander des dommages et intérêts. Il faut aussi attendre de voir ce que les autres clubs vont faire. Je crains que le dernier mot juridique n’ait pas encore été prononcé”, dit Guy Van den Broeck.

“Nous sommes surpris que Malines puisse jouer en D1A. C’est rare que la CBAS aille à l’encontre du procureur fédéral”, poursuit-il.

Waasland-Beveren “content que la justice ait triomphé”

“Nous sommes heureux que la justice ait triomphé”. Waasland-Beveren s’est rapidement félicité via un communiqué sur son site internet de la décision de la Cour Belge d’Arbitrage pour le Sport (CBAS) qui a confirmé le maintien des Waaslandiens en D1A. “Comme la Commission des litiges, la CBAS a certifié que Waasland-Beveren avait agi selon les règles. Le club peut désormais programmer son futur et démarrer une préparation normale pour la saison 2019-2020.”

“Nous sommes très heureux que la CBAS ait repoussé les plaintes des parties impliquées”, a déclaré le président Dirk Huyck. “La décision de la commission des litiges reste bien la plus importante car elle traite davantage du fond du dossier. Ce club et ses dirigeants ont toujours agi correctement. J’incite dès à présent les sponsors et les supporters à soutenir ce club et à lui montrer leur loyauté. Nous allons travailler d’arrache-pied durant cette saison 2019-2020 pour montrer à nouveau que ce club mérite de jouer au plus haut niveau.”

BELGA

Author: Master

Laisser un commentaire